Aimer et rester soi dans un couple

Aimer et rester soi 

Rester soi dans un couple

Cette préoccupation est plus que jamais d’actualité car le nombre de célibataires est en constante augmentation et nous pouvons nous demander si la volonté de rester soi dans le couple n’y serait pas pour quelque chose. Pourtant ce choix du célibat n’est pas pour autant source de bien-être.

Choisir le célibat comme principe de vie, est-ce par défaut ou par déception ? Est-ce une nouvelle tendance à laquelle on doit s’habituer ? Ce phénomène serait-il lié à une volonté de garder sa liberté, d’être égaux en tous points, de conserver son indépendance coute que coute ?

Il semble loin le temps où pour avoir le sentiment de réussir sa vie il fallait trouver l’âme sœur ! Et pourtant je dirai que la chape de plomb est toujours là, le choix du célibat ne se vit pas si bien que cela, il est encore montré du doigt et peu compris par les générations passées.

Trouver son âme sœur reste malgré tout ce que l’on peut dire une envie réelle, mais combler cette envie ne se fait plus à n’importe quel prix. Désormais, on veut être deux mais rester soi dans la vie de couple (enfin quand on sait vraiment définir ce que l’on veut, parce qu’il n’est pas toujours évident de savoir après quoi on court finalement).

Si rester soi, libre et indépendante est la condition sinéquanone posée désormais sur la table des négociations par chaque moitié, est-ce possible ?

Ou devons-nous nous effacer et renoncer à être soi en couple ?

Aimer et rester soi est-ce un rêve inaccessible ou une réalité envisageable ?

Quel est le secret pour rester soi dans un couple ?

 

Les causes d’une indéniable évolution

J’ai participé récemment à un atelier-débat sur ce thème. Je suis restée étonnée par l’ambiance générale, les remarques et les résolutions des participantes (majoritaires). Cet atelier avait attiré une majorité de célibataires, il y avait bien un couple mais il est resté muet.  Pour certaines participantes le célibat était un choix volontaire et assumé, tandis que pour d’autres le couple était perçu comme une option de vie qui de toutes façons conduisait le plus souvent les femmes à s’oublier, à s’effacer pour l’autre. Elles en étaient arrivées à la conclusion que le célibat avait plus d’avantages que la vie en couple essentiellement parce qu’on ne devait rendre de compte à personne. Bref, l’ambiance qui régnait dans cet atelier était celle du pessimisme, de la résignation, mais malgré tout rester soi dans le couple restait une énigme qui les intriguait toujours autant…tout n’était donc pas si définitif qu’il n’y paraissait….

Nous vivons un vrai décalage avec les générations passées pour qui la réussite d’une vie passe par la vie de couple, quelques soient les sacrifices à envisager c’est un incontournable alors que pour d’autres générations, le poids des renoncements, le nombre de divorce, la préciosité de l’indépendance et de la liberté laissent le débat ouvert et ce choix de vie pas si évident.

Il faut sans cesse se plier aux exigences des autres, de la société, du monde du travail, être beau, jeune, efficace…Alors pas touche à la vie de couple ! C’est là que l’on a envie d’exister et de se réaliser selon ses propres exigences. Dès lors, on ne parle pas d’amour mais d’espace de vie où la réalisation de soi devient possible.

Pourtant on a plus que jamais besoin d’amour mais pas au prix de justifications, de renoncements. Les femmes ne veulent plus entendre parler de sacrifier leur carrière pour voir celle de leur compagnon décoller, les maris ne veulent pas renoncer à leur évolution de postes et doivent admettre que la situation de leur moitié doit évoluer parce qu’ils ne savent pas de quoi demain sera fait et qu’il faut désormais apprendre à se protéger l’un l’autre du lendemain.

Et puis il y a le poids des médias qui véhiculent dans des émissions plus que légères une image idyllique du couple, où tout doit être parfait ou bien encore cette vision du couple tel un espace de consommation où l’on se sert de ce dont on a envie et où l’on peut passer à autre chose quand on est rassasié ou lassé ou déçu. On ne retrouve ici aucune notion de partage, de respect, de concessions, d’évolution personnelle, de tolérance, de persévérance, d’engagement.

1+1=1, fausse croyance ou réalité du couple ?

Qu’être en couple c’est n’être qu’un est une fausse croyance qui entraine de lourdes attentes de la part de celui ou celle qui y croit.

Vivre en couple ce n’est aucunement faire un. Être en couple c’est être aimé pour ce que l’on est, aimer l’autre pour ce qu’il est et former à deux une nouvelle entité qui aura plaisir à vivre des moments de partage basés sur des valeurs communes, ces valeurs sont le socle de cette nouvelle entité.

Cette nouvelle entité ne doit en aucun cas empêcher l’autre d’exister ou de s’épanouir bien au contraire, l’autre tel qu’il est est indispensable à l’équilibre du couple.

 Des lors, dépasser cette fausse croyance semble essentiel pour bien vivre dans le couple et ne pas être déçu par des attentes inatteignables.

Que Mettons-nous derrière la volonté de rester soi ?

On peut se poser la question, vous êtes-vous déjà demandé ce que cela  signifiait pour vous ?

Vous pourriez trouver les éléments de réponse en vous demandant quels sont les avantages du célibat à vos yeux car au fond grand nombre d’entre vous voudraient le beurre, l’argent du beurre, et la crémière ! (je plaisante…)

La vision actuelle de la vie de couple idéale serait semble t-il de pouvoir vivre et faire tout ce que l’on veut sans avoir besoin de considérer l’autre et de profiter de la vie de couple pour ses moments de partage au positif.

Ne pourrait-on pas imaginer des espaces de liberté et des espaces de partage sans pour autant imposer à l’autre son envie de liberté et d’indépendance à tout prix ?

Comment pouvoir envisager de vivre avec l’autre mais ne pas avoir à tenir compte de sa présence, de ses émotions, de ses ressentis, de ses envies ? Sur quoi reposerait cette volonté d’être en couple en étant seul ?

L’autre ne peut pas non plus être perçu comme un élément à qui l’on fait uniquement appel quand le besoin d’amour est trop fort !

Aucune rencontre n’est anodine, et si le couple était l’occasion d’une rencontre avec soi ?

Le bonheur n’est en aucun cas une autoentreprise, on a toujours besoin pour s’épanouir d’être en lien avec ses coéquipiers – F Servan Schreiber

Croire que la vie de couple n’est que souffrance et concessions n’est peut-être pas la solution pour sortir de sa solitude. Ne pourriez-vous pas voir au contraire la vie de couple comme l’occasion d’une aventure avec l’autre mais surtout avec vous-même ?

Si l’on met de côté la pression de la durée du couple, car il faut bien reconnaître que dès lors qu’on se demande combien de temps ça va durer, on compromet la solidité du couple. L’un des secrets de réussite du couple est de savoir apprécier chaque jour pour ce qu’il a à nous offrir sans attendre plus car demain ne nous appartient pas.

Aussi, s’arrêter au négatif de chaque expérience vécue n’a rien de constructif. Il y a en chaque rencontre un sens, du positif, une évolution de soi qui fait aujourd’hui de vous ce que vous êtes et ce qui a permis de définit ce que vous avez envie de vivre avec l’autre.

Vous naissez avec une personnalité naturelle qui évolue en étant confrontée au regard de l’autre et à ce qu’il vous renvoie de vous. Votre rencontre avec l’autre n’est pas un hasard, c’est une réponse à un besoin d’évolution car l’autre vous bouscule dans votre identité profonde. Le couple est une formidable occasion de découvrir vos limites, vos envies, votre identité, ce que vous attendez de la vie, vos valeurs…

On rencontre d’ailleurs bien souvent celui qui répond à nos aspirations et nos besoins profonds, ou celui qui a éprouvé les mêmes douleurs que nous.

Le couple est un révélateur de vous-même. Mais beaucoup ont peur au contraire et voient le couple avec la crainte d’être changé par l’autre, de se perdre.

La vie de couple c’est l’art de trouver un juste milieu entre votre envie de rester nous-même et votre besoin d’évoluer à travers les yeux de l’autre et dans la construction du couple.

Chaque rencontre est unique et peut être perçue comme la promesse d’une véritable rencontre avec une part inconnue de soi

Des peurs,des croyances à dépasser et des besoins à combler

Le choix de la vie de couple est chargé d’attentes liées à notre vécu, enfant. Ainsi, chaque opportunité soulève des peurs et des fausses croyances, des besoins aussi (d’amour de reconnaissance, de protection).

Dès lors, chaque nouvelle rencontre nous renverra automatiquement à nos peurs non résolues, aux croyances véhiculées par les adultes que nous avons croisé enfant, à des besoins qui nous sont fondamentaux et dont nous n’avons pas toujours conscience.

La peur de l’abandon est la peur la plus fréquente, que l’on ne souhaite pas revivre, ce qui conduit parfois à tout faire pour provoquer l’abandon de l’autre ou à tout faire pour que la relation ne fonctionne pas. La peur de se perdre pour l’autre est une autre peur ; On pense qu’aimer l’autre c’est devoir s’oublier. La peur de l’engagement. La peur de l’amour et de ce que l’amour sous entend.

Puis il y a ces croyances qui nous incitent à penser par exemple qu’il est impossible de vivre de multiples expériences et qu’il est important de trouver dès les premières rencontres la bonne personne, ou encore que l’on doit croire que la personne qui répond à notre cahier d’exigences existe quelque part et qu’il faut l’attendre plutôt que de faire des concessions, ou encore que vivre avec l’autre c’est préserver avant tout son indépendance….et bien d’autres croyances forgées par l’histoire familiale le plus souvent.

Qu’en est-il pour ces couples qui durent ?

C’est comme pour une bonne recette de cuisine, la quantité et la justesse des ingrédients donnent la saveur du plat ! Même si tous les gouts sont dans la nature les bases de la recette sont immuables.

Les couples qui durent s’aiment avant tout pour ce qu’ils sont, ils s’agacent toujours de certains traits de caractère chez l’autre mais ils sont attachés à d’autres traits plus importants. Leur aventure n’est pas un long fleuve tranquille mais ils n’y renoncerait pour rien au monde parce qu’ils sont convaincus qu’elle leur est bénéfique.

Ils font preuve de patience, de tolérance, de persévérance, ils ont appris à se faire confiance et surtout ils prennent soin chacun à leur manière de cette entité qu’ils ont choisi de construire ensemble comme si c’était un feu qu’il ne fallait jamais laissé s’éteindre. Ils ne baissent pas les bras au moindre problème. Ils sont bienveillants l’un envers l’autre et ne s’arrêtent pas au moindre comportement déplaisant de l’autre parce qu’ils ont appris à voir au delà.

La recette du couple qui dure est basée sur une dose d’amour reçue régulièrement, un sentiment de partage de valeurs communes, la sensation de regarder dans la même direction, des projets communs qui guident le couple, de l’attention, le sentiment d’être aimé pour ce que l’on est et pas pour ce que l’on fait, des difficultés régulières qui renforcent les liens, des mises à l’épreuve de son amour de soi pour l’autre et vice versa, le respect de chacun et surtout une communication régulière !

Un couple qui dure donne la priorité à la communication, il ne laisse jamais les maux remplacer les mots

 Pouvoir se sentir soi dans la relation

On décide généralement de démarrer une relation parce qu’on apprécie chez l’autre son identité, ses idées, ses centres d’intérêts (voire ses proches) et il en est de même pour l’autre. Ainsi, il serait anormal de vouloir ensuite changer l’autre ou de ne pas rester soi.

La relation ne doit en aucun cas vous faire renoncer à l’expression de votre personnalité, à vos amitiés, à vos activités. Seule une une relation toxique vous fera changer complètement vos habitudes et vous isolera.

Cependant, on ne reste jamais totalement soi dans la relation, la relation nous fait devenir autre, parce que notre nature profonde reste intacte mais le couple nous font forcément évoluer. Maintenant, il est essentiel que cette évolution se fasse de manière naturelle, qu’elle nous soit agréable, qu’elle ne soit pas subie.

L’amour est le dernier lieu où accepter que le regard de l’autre nous définisse, nous soutienne et nous change. Pas pour nous aliéner mais, au contraire, pour nous aider à aller au coeur de nous-même- Psychologie Magasine

Il y a quelques points sur lesquels il faut donc veiller pour ne pas vivre la relation dans la souffrance mais dans le plaisir du partage.

Comment pouvoir rester soi dans la relation

1-Ne pas être dans l’attente mais dans le recevoir

Pour pouvoir rester soi dans la relation il ne faut rien attendre de l’autre. L’autre n’est pas là pour répondre à vos besoins mais pour profiter comme vous de moments de partage et de la réalisation d’envies nées de la relation.

Aussi, la première attente la plus fréquente est que l’autre vous aime alors que vous êtes incapable de vous aimer vous-même. Dès lors, il est très facile de tomber dans la dépendance affective qui vous fait faire et accepter n’importe quoi pour ne pas perdre l’autre.

Le second piège le plus fréquent est d’idéaliser l’autre et d’attendre qu’il reste parfait. Apprendre à rester réaliste permet d’éviter les déceptions ou les critiques répétées.

2-Vous aimer

C’est la clef majeure pour rester soi dans la relation. Si vous ne vous aimez pas vous prendrez le risque d’attirer à vous des personnes qui appuieront à leur manière sur ce manque.

Apprendre à s’aimer, savoir s’occuper de soi, avoir des occupations qui nous équilibrent, avoir développé un réseau social est essentiel avant d’envisager toute relation. Dans le cas contraire, il y a un risque d’attendre de l’autre qu’il comble un manque d’amour. Cette attente déséquilibre la relation.

Il vous faut à la fois apprendre la vie face à vous-même, c’est à dire savoir apprécier ces instants de solitude avec vous-même et avoir appris à développer vos talents et vos relations sociales.Plus vous construirez une relation solide avec vous-même, une relation équilibrée et épanouissante, plus la relation avec l’autre reposera sur des bases saines et solides. Par exemple, vous n’aurez pas peur de laisser l’autre libre de ses activités par exemple.

3- Exprimer vos besoins

Dès que vos émotions s’expriment, comme la colère ou la tristesse, au lieu d’en vouloir à l’autre, d’exploser ou au contraire de tout garder pour vous, demandez-vous quel pourrait être ce besoin qu’il n’a pas respecté chez vous ? Le besoin de vous sentir utile, le besoin d’être considérée, le besoin d’attention, le besoin de sécurité, le besoin de liberté….Une fois ce besoin identifié, il est important de l’exprimer à l’autre, de lui dire clairement qu’il vous a mis en colère ou au contraire déçu parce qu’en agissant comme il l’a fait il n’a pas respecté tel ou tel besoin essentiel à votre équilibre. Vos besoins peuvent aussi cacher des peurs et de fausses croyances….Apprenez à dire à l’autre quel besoin il ne respecte pas plutôt que de lui faire des reproches ou de laisser parler vos émotions, n’ayez pas peur de vous dévoiler.

4- Tenir compte de l’avis de l’autre

Être soi dans la relation c’est savoir exprimer ses envies, ses besoins mais aussi savoir tenir compte de l’avis de l’autre, savoir l’écouter et l’entendre. Il n’est pas question de renoncer sans cesse à soi mais de trouver un juste dosage entre soi et l’autre. Cela signifie que forcément vous allez renoncer à quelques habitudes d’avant la relation. Vous le ferez naturellement si vous savez qu’au final ce choix est source de nouvelles expériences plaisantes.

 

5- Vous mettre moins la pression

Il n’est pas inhabituel de se mettre la pression sur l’avenir de la relation ou encore sur la notion d’engagement dans le couple.

Pourquoi ne pas profiter de ce que chaque jour vous offre sans vous demander si demain votre couple existera encore ? Pourquoi ne pas vivre la relation comme une aventure dont le seul engagement serait le respect de l’autre ?

6- N’attendez pas que l’autre devine

On reproche souvent à l’autre de ne pas avoir fait ou dit des choses en ayant imaginé qu’il aurait dû deviner ! Cette fausse croyance crée des situations de conflit et d’incompréhension. Quelque soit la réaction de l’autre, veillez à toujours dire ce que vous aimeriez qu’il ou elle fasse ou dise….

7- Ne pensez pas à la place de l’autre

C’est souvent l’erreur que l’on peut faire, penser à la place de l’autre et agir en fonction de ce que l’on imagine qu’il pense ou pourrait penser.

Commencer par penser pour vous-même et par exprimer clairement vos idées et pensées à l’autre me semble essentiel.

Ne supposez pas non plus que vous connaissez très bien les sentiments et les avis de votre partenaire, c’est très désagréable à vivre pour l’autre, cela sous entend une notion de pouvoir sur l’autre. Vous connaissez-vous parfaitement vous-même ? Alors comment imaginer connaître l’autre ?

8-Ne cherchez pas à changer l’autre

Demander à l’autre d’être différent c’est lui demander de renoncer à lui-même.

Être aimé c’est l’être pour ce que l’on est, et non pour ce que l’on pourrait être ou faire.

N’escomptez pas changer l’autre, admettez qu’il est autre et qu’il ne se pliera ni à vos souhaits ni à vos injonctions.

N’essayez pas d’apprendre à un cochon à chanter vous perdrez votre temps et cela agacera le cochon – Anthony de Mello.

9- Communiquez !

C’est à dire apprenez à vous exprimer et à écouter.

Ne laissez rien mijoter et fermenter à l’intérieur. Il est essentiel de tout dire au moment où les choses se passent sans chercher à savoir qui a tort ou qui a raison. L’important est de dire, quelles émotions la situation a provoqué chez vous et pourquoi. L’autre n’est pas dans votre tête et est à mille lieux d’imaginer votre tsunami intérieur et les besoins qu’il doit veiller à respecter.

La communication peut sembler compliquée si vous n’avez pas appris dans votre jeunesse et dans vos relations intimes qu’il est possible de défendre son point de vue sans risquer de perdre l’amour de l’autre (parents, partenaires). C’est une capacité qui est difficile si vous avez été délaissé par vos parents ou quitté par votre partenaire de manière abrupte.

Savoir s’écouter sans se juger est aussi essentiel à l’équilibre de la relation.

N’oubliez pas d’exprimer vos sentiments, il ne suffit pas de prouver votre amour à l’autre par des attentions pour lui montrer votre amour. L’autre a besoin de temps en autre de vos marques d’affections et de vos mots d’amour.

7- Est-ce que ça vaut la peine ?

Quoi qu’il se passe, demandez-vous toujours pourquoi vous avez décidé d’entamer une relation avec l’autre. Il est essentiel de l’aimer pour ce qu’il ou elle est et non pour ce qu’il ou elle fait.

Avant de baisser les bras, repensez aux valeurs qui vous rapprochent et à cette direction commune vers laquelle vous pourriez regarder. Une direction dont l’unique but est de profiter de la relation pour le bonheur qu’elle nous offre, de ressentir régulièrement des moments de plaisir partagés.

 

Mais aussi…

Etre soi dans le couple c’est bien se connaître et pour cela je vous invite à télécharger le cahier pratique gratuit « Mieux se connaître en s’amusant » ou à participer au programme sur mesure « Exister »

 

 

Si vous aimez, partagez...
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aucun commentaire, pour le moment.



Laisser une réponse



Le Blog d'anazao, le blog qui positive !

Ce blog est le partage d’expériences vécues par une hypersensible optimiste.

Ce blog est une boite à astuces pour les personnes qui aiment percevoir un sens en chaque chose de la vie.

Ce blog est l’occasion d’y croire, de réagir, de garder le sourire,  de prendre confiance, de prendre conscience et de comprendre.

Vous lirez ici des mots animés par l’envie de vous rappeler que vous êtes unique par votre personnalité et que le sens de la vie c’est peut-être de ne jamais mettre de côté ce cadeau de la vie qui fait votre  différence !

Anazao conseils Mentions légales