Le pouvoir magique du manque de confiance en soi

by catherine-anazao, 31 mai 2016

Le pouvoir magique du manque de confiance en soi

“Faites-vous confiance ! “

On nous rabat les oreilles avec ce sujet, il envahit nos écrans et nos journaux…on nous promet : “Ayez confiance…et votre vie s’illuminera, votre bonheur sera incontournable, votre réussite une évidence”. La thématique est omniprésente. Peut-on parler d’un effet de mode ?  idéalise t-on au contraire le  concept ? Est-ce finalement comme on le prétend une véritable base à notre équilibre ?

Mais peut-on vraiment faire confiance à ce conseil qui semble être devenu l’évidence ?

Je reconnais humblement et j’assume totalement le fait que je ne suis pas une grande confiante en mes supers pouvoirs. Car nous sommes riches de supers pouvoirs mais ils ne sont pas toujours à portée de baguette magique, il faut apprendre tel un magicien les tours dont nous disposons dans notre chapeau pour surmonter avec brio les défis du quotidien.

Notre route est parsemée d’embuches qui nous empêchent de pratiquer et de valider notre super diplôme de magicien de la confiance en soi. Et pour ma part, j’ai vécu ces difficultés comme un véritable moteur à confiance. Tout ce qui a tenté de me bloquer dans mes élans m’a en fait propulsé, mais je ne l’ai compris qu’une fois passées les tentatives de blocage.

Je l’affirme, le manque de confiance en soi peut être votre véritable allié !

Je regarde cette thématique devenue phénomène de mode et je m’inquiète car je pense à vous tous qui n’avaient déjà pas le baromètre de la confiance au beau fixe, ces articles ne font alors qu’appuyer là où ça fait mal. Ils vous montrent du doigt et vous font culpabiliser. Mais rassurez-vous les amis, vous êtes bien mieux équipés que vous ne le pensez car votre manque de confiance, que l’on veut vous faire passer pour un handicap est un véritable atout qui peut faire bien de jaloux, c’est le joker magique de votre développement personnel.

Alors je vous invite à lâcher-prise, à ne pas céder à la paranoïa collective, à voir votre manque de confiance comme une chance à saisir.

“Quesaco” la confiance en soi ?

Petit rappel, car là aussi, il ne faut pas confondre confiance, assurance et estime de soi.

La confiance en soi, c’est le pouvoir d’oser, en gérant ses émotions, en maitrisant ses peurs. Cette confiance n’est accessible qu’après une longue formation, et de multiples expériences,  qui débutent dès vos premiers instants de vie. Elle ne vous est pas livrée à la naissance mais se distille en vous au fil de vos rencontres et de vos expériences.

Pour Isabelle Filliozat, la confiance en soi revêt de multiple facettes, ce n’est pas une caractéristique mais une conséquence, une réaction à un environnement ou une situation spécifiques. Elle serait une adaptation “biopsychophysiologicosociale”, une adaptation physiologique à une situation sociale avec des conséquences psychologiques en vue de se maintenir en vie… avec une telle définition on pourrait en perdre en chemin sa confiance vous ne croyez pas ? et pourtant je dirai qu’à bien s’y pencher cette définition n’est pas si mal…

La confiance en soi n’est jamais définitivement acquise ou manquante, elle se gagne, se perd, se développe tel un muscle. En disposer ou en être privé n’est pas un fait irrémédiable, ouf..! voilà qui est rassurant.

Nous serions donc responsables de notre potentiel confiance en soi ? Sauf que certains freins livrés généreusement pendant notre enfance nous échappent malgré tout.

Sorcellerie et confiance en soi

On a l’impression que des sorciers ou une marâtre s’amusent, en l’absence de nos fées providence à se pencher sur notre berceau pour nous lancer des sorts !

Nos freins, ces sortilèges,  qui sont souffrances sont divers, comme leurs causes, l’enfance, des évènements de la vie, un présent compliqué.

Et pour ma part les sorciers n’y sont pas allés de main morte…la liste des sorts qui m’ont été jetés est longue :

  • “manque d’assurance” ; accentué par exemple par un frère, une sœur, un cousin qui sont la perfection même et que les adultes ne se lassent pas de prendre en exemple ;
  • “situation de rejet” ; quand à l’école maternelle l’enseignant vous prend en grippe par exemple, et vous met à l’écart du groupe pour un oui ou pour un non ;
  • “dévalorisation” ; quand parce que vous êtes en surpoids vous êtes le candidat idéal du prof de sport pour montrer les exercices et faire beaucoup rire les autres ;
  • “l’enfermement dans une définition négative”, quand les adultes vous collent une étiquette définitive sur le dos du style “tu ne seras jamais doué en maths, c’est génétique”;
  • “le sentiment d’insécurité et de culpabilité ” quand on perd brutalement un proche sans explication à donner à son geste ;
  • “le poids du regard des autres” quand on peut être victime de harcèlement scolaire sans pouvoir comprendre pourquoi…

Comme le précise si bien Isabelle Filliozat, le cerveau de l’enfant installe alors des automatismes de protection face à certaines personnes ou certaines situations faute d’avoir pu mettre des mots sur une expérience, ou se libérer de ses émotions. L’enfant se conforme aussi,  souvent, à ce que les adultes disent de lui. L’influence des parents reste cependant prédominante dans le manque de confiance en soi.

Quand à l’adulte, il peut subir un regard social pesant et dévalorisant, une chute sociale, une situation de  deuil qui entraine un sentiment d’insécurité….

Mais ne voyez pas les choses au négatif car guérir de ses blessures, travailler son muscle de la confiance en soi c’est conquérir son autonomie, gagner sa liberté, apprendre à respirer, comme on apprend à marcher !

Je n’ai peut-être pas manquer de sorts mais je les prends comme des étoiles dans mon ciel de vie, des étoiles à atteindre pour plus d’énergie, de volonté, de capacité à me surpasser.

Sans ces sorts de la vie,  je ne serai pas devenue celle que je suis aujourd’hui et je ne viserai pas encore tant de montagnes à gravir. Les personnes qui m’ont freinée m’ont en fait encouragées à leur prouver qu’elles avaient tort, c’est comme si elles avaient enclenché la commande “réalisation illimitée de mes rêves” par leur attitude.

Ce que l’on peut vivre comme une difficulté peut être aussi vécue tel un déclencheur de dépassement de soi, un encouragement à faire ses preuves.

Chacun développe ses propres réactions face au stress, aux hésitations, aux doutes, aux tremblements mais tout le monde est affecté par les mêmes émois, soyez en convaincus, vous n’êtes pas porteur d’un gène orphelin.

Comprendre les raisons de votre manque de confiance est une étape décisive au travail de ce muscle de la confiance mais pas suffisante, il faut porter un regard positif sur votre manque de confiance et vous exercer à devenir un expert du “pourquoi pas moi” car  on ne devient pas magicien de la confiance un beau matin en ouvrant les yeux, ou alors le temps d’un comte de fée !… il faut de l’expérience, de la patience, du recul, de la volonté, mais surtout un regard positif et bienveillant sur vous-même.

 

 

Si vous aimez, partagez...
  •  
  •  
  •  
  •  

No Comments


Leave a Reply

Your email address will not be published Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jkreativ

Created By Jegtheme

image-12