Accepter le départ de son animal de compagnie

Accepter le départ de son animal de compagnie

by catherine-anazao, 7 juin 2018

Accepter le départ de son animal de compagnie

Quand tu as organisé ta vie autour de sa présence.
Quand tu as pris l’habitude sans même t’en rendre compte de ses mouvements à tes côtés
Quand tu profitais de ces moments magiques de complicité et qu’il s’absente sans préavis de ta vie.
Comment vivre ce départ, cette absence, ce grand vide si ce n’est dans la confusion des émotions ?

Pourquoi tout s’arrête, pourquoi devoir accepter ce départ, pourquoi serait-ce juste de vivre sans révolte le sentiment d’absence. Il nous faut répondre à ce pouquoi, trouver la raison et tous les moyens sont bons. En général on s’en prend à soi ou à l’autre ou on trouve le coupable idéale alors qu’il n’y a pas d’explication, c’est la loi de la vie !

Véritable tsunami intérieur, nous sommes pris en otage d’une situation et l’on voudrait se réveiller de ce mauvais cauchemar .
Il est juste alors de vivre l’émotion, de la vivre pleinement et sans tabou, sans retenue parce qu’elle est nécessaire et normale. A chacun sa façon de vivre l’émotion mais l’important c’est de la laisser s’exprimer, de la laisser nous envahir pour qu’elle puisse s’estomper doucement. Il peut être question de l’écrire car les mots apaisent les maux…

Il est inutile de culpabiliser, ce qui devait se passer s’est passé et c’est certain que l’on aura fait de notre mieux, on aurait pas pu faire autrement quoi que l’on pense.

Il est alors normal de chercher à faire vivre auprès de nous l’animal en déposant quelque part près de nous un souvenir, un symbole car on ne peut imaginer l’oublier et il nous faut coute que coute veiller à ce qu’il continue à vivre en nous. On lui doit bien cela et puis cela nous est nécessaire aussi et surtout. L’absence physique est ainsi un peu plus tolérable.

Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents dans la mémoire des vivants

Jean D’ormesson

Se dire qu’on ne peut le retenir ainsi éternellement et qu’il a bien mérité sa pause, son moment magique peut-être dans cette bulle d’amour que beaucoup ont décrit déjà, mais on ne sait pas si elle existe vraiment. Cependant dans le doute, donnons-lui le droit d’y aller, ne le retenons pas à nos côtés par notre chagrin.

Se rattacher au positif, à tous ces instants magiques qu’il nous a été offert de vivre et se surprendre alors à sourire, voire à rire tellement les situations étaient drôles parfois…

Bref, il s’agit non pas de tourner la page mais d’avancer et peut-être de s’autoriser à permettre à une nouvelle compagnie de partager avec nous un nouveau chapitre, parce qu’il ou elle l’aurait sans doute voulu ainsi, il ou elle qui a tant veillé sur nous n’aurait pas aimé nous savoir triste et seul(e).

Et penser qu’il y aura certainement un bout d’il ou elle dans cette nouvelle aventure, c’est la magie de la vie alors autorisons-là à opérer !

Tu n’es plus là où tu étais mais tu es partout là où je suis

Victor Hugo

Si vous aimez, partagez...
  • 2
  •  
  •  
  •  

No Comments


Leave a Reply

Your email address will not be published Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jkreativ

Created By Jegtheme

image-12