Pourquoi faut-il renoncer à vouloir avoir raison ?

Pourquoi faut-il renoncer à vouloir avoir raison ?

by catherine-anazao, 19 octobre 2018

Vouloir avoir raison vous est-il profitable ?

Pourquoi cherchez-vous à avoir raison ?

C’est naturel de chercher à avoir raison, je vous rassure, cependant ce n’est pas forcément le meilleur choix.

Ce comportement, vous l’avez appris dès votre plus jeune age.

Ainsi, avoir raison vous donne le sentiment d’exister, d’être pris au sérieux, d’être considéré.

Avoir raison, c’est donc vous sentir vivant et capable d’être entendu.

Mais vouloir imposer son point de vue est un piège. Derrière ces sentiments et ces besoins à combler, c’est votre égo qui parle le plus souvent. Celui qui ne veut pas perdre, qui ne veut pas se sentir déshonoré.

Aucun problème ne peut être résolu en restant sur le même plan de conscience que celui qui a permis de le poser

Einstein

Pourquoi renoncer à vouloir avoir raison ?

Voici quelques arguments pour vous convaincre que votre attitude n’est pas la plus équilibrante.

1-Vous pouvez commencer par reconnaître qu’il n’existe pas un seul et unique point de vue. Et fort heureusement, n’est-ce pas ?

Ne plus chercher à avoir raison c’est ainsi  saisir l’opportunité de faire preuve d’ouverture d’esprit.

2-Vous pouvez aussi décider d’apprécier l’autre personne telle qu’elle est avec sa différence au lieu de chercher à gagner ou d’avoir peur de perdre un combat.

3-Vous pouvez vous demander si le point de vue d’autrui ne pourrait pas avoir autant de valeur que le vôtre.

4- Reconnaissez qu’avoir raison, ne rend pas heureux. Certes, c’est réconfortant car vous défendez vos croyances, vos convictions mais ce n’est pas épanouissant.

5- Est-il juste de juger l’autre, de le condamner ? Car finalement en cherchant à avoir raison vous condamnez l’autre à avoir tort, non ?

6- Vouloir avoir raison, c’est le plus souvent passer par des souffrances et des conflits, est-ce que cela en vaut la peine ? Ne devrais-je pas dépenser mon énergie à quelque chose de plus constructif ?

7- Ce n’est pas parce que l’autre ne pense pas comme moi qu’il se trompe. Si nous sommes persuadés de ce que l’on avance, est-ce qu’il ne sera pas plus profitable de laisser l’autre se faire son idée par ses propres recherches et expériences ?

” Lorsque vous ne vous défendez pas, rien ne peut vous atteindre puisqu’il n’y a rien à attaquer.

Cela ne signifie pas que vous n’avez pas de point de vue personnel mais que vous renoncez à le défendre parce que l’autre le vaut bien ! “

 

En pratique, comment saisir cette opportunité ?

“Mon père disait de moi que mon plus grand défaut, c’était l’entêtement. Ce défaut s’est avéré être dans ma vie autant une force qu’un frein. Au fil des expériences, j’ai appris combien cela ne m’était pas profitable et surtout combien cela n’avait pas de sens par rapport à l’autre. Car c’est finalement ne pas reconnaître l’autre pour ses valeurs et ses différences et surtout chercher à combler des besoins personnels. Aujourd’hui, dès que je commence une phrase par “Oui Mais” je me méfie de moi-même et de mes attentes et je tente autant que faire ce peut de lâcher-prise. Il ne s’agit pas d’avoir le sentiment de se rabaisser, de ne pas se sentir entendu ou considéré mais il s’agit surtout de ne prendre les choses ni pour soi, ni contre soi mais de les vivre dans le respect de chacun.”

Observez-vous quand vous voulez avoir raison, demandez-vous ce qu’avoir raison va vous apporter à cet instant précis  ?

Pourquoi ne pas vous autoriser à lâcher prise ? Que craigniez-vous, que défendez-vous en cherchant à avoir raison ?

N’y a t-il pas un moyen de chercher des solutions qui ne mènent ni au jugement, ni aux accusations, ni à l’opposition ?

Pourquoi penser qu’une pensée est juste ou injuste, bonne ou mauvaise ?

Ne vous sentez-vous pas victime dans cette situation au lieu de prendre le contrôle au contraire en donnant le droit à l’autre d’exister pour ses différences.

Comment parvenir à un sentiment de satisfaction commune selon vous ?

Si l’autre vous a blessé c’est que vous lui en avez donné l’occasion, aussi, exprimez-lui votre ressenti mais demandez-vous à quel moment vous l’avez laissé vous blesser, par quelle attitude ?

Quelle énergie avez-vous créé pour en arriver là ?

Agissez-vous avec méfiance ou avec confiance ? Laissez-vous parler vos peurs ou votre coeur ?

Êtes-vous capable de donner sans rien attendre en retour, de donner votre opinion sans attendre quoi que ce soit de l’autre en retour ?

Si l’autre vous y invite, donnez votre point de vue simplement, par soucis d’échange. Puis observez comment la situation évolue, comment vous la vivez en plaçant la confiance et le soucis de partage et d’échange à la place de vos peurs, de vos attentes.

“L’important n’est pas de convaincre mais de donner à réfléchir”

Bernard Werber

Si vous aimez, partagez...
  • 3
  •  
  •  
  •  

No Comments


Leave a Reply

Your email address will not be published Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Jkreativ

Created By Jegtheme

image-12