Pourquoi fait-on des reproches ?

Pourquoi fait-on des reproches ?

Au delà de la maladresse et des dégâts qu’ils causent, les reproche sont l’occasion de comprendre quelque chose d’important sur nous ou sur l’autre.

Ils peuvent être reçus différemment dès l’instant où l’on perçoit leur sens.

Enfin, il existe des méthodes permettant d’exprimer notre insatisfaction autrement que par un reproche, en étant entendu.

C’est quoi un reproche ?

Comme le chardon, ça pique à l’extérieur mais au coeur se trouve une fleur cachée par les piquants.

Un reproche cache un appel à l’aide très mal formulé.

Le reproche ne concerne pas celui ou celle qui le reçoit mais uniquement celui qui l’émet.

Un reproche ne vous concerne jamais directement

Vous ne pouvez pas le percevoir comme un appel à l’aide,  puisqu’on vous accuse, on appuie sur votre sentiment de culpabilité et votre réflexe naturel sera de vous protéger ou de vous défendre.

« Nous reprochons aux autres tout ce que nous faisons nous-mêmes et ne voulons pas voir »

Lise Bourbeau

Le reproche n’est que l’expression maladroite d’un message beaucoup plus profond que ce qu’il n’y parait. C’est une demande d’amour non formulée dit-on !

Un reproche exprime ce que la personne qui l’émet ne sait pas voir d’elle-même.

C’est un besoin qu’elle ne sait pas identifier et combler seule.

Aussi elle renvoie la responsabilité de son insatisfaction à l’autre.

C’est un trait de caractère, une façon d’agir, qu’elle ne supporte pas chez l’autre alors qu’il est aussi sien.

Les personnes que vous attirez régulièrement près de vous ne sont ainsi que votre miroir.

“Vous ne voyez pas les choses comme elles sont, vous les voyez comme vous êtes”

Reproches et psychologie

Mais rassurez-vous, ne pas admettre ces pans de votre personnalité n’est pas le signe d’un manque de bonne foi, cela vous échappe totalement.

Votre inconscient vous protège d’une réalité trop douloureuse pour être reconnue. 

Derrière votre déni se cache une peur (celle d’une souffrance, d’un rejet, d’un souvenir douloureux que vous ne voulez pas revivre, celle d’une réalité que vous ne pouvez pas assumer parce qu’elle est en contradiction avec votre éducation…).

Trouver les raisons de cette peur inconsciente est la clef  de l’acceptation et du chemin e la guérison.

Par exemple, ce que vous contrôlez est inacceptable, intolérable parce que non conforme à des interdits de votre enfance, à des valeurs fortes.

Imaginez que vous êtes sans cesse comme l’enfant qui cache ses bêtises et qui avance avec la sensation qu’un jour ou l’autre il risque d’être démasqué. C’est insupportable, fatiguant, frustrant.

Admettre ce que vous percevez comme des failles c’est prendre le risque de décevoir, de voir des personnes vous tourner le dos. C’est douloureux mais salvateur aussi car vous vous rapprochez de votre vérité.

Alors qu’agir comme vous voudriez être ne permet jamais de le devenir, c’est un leurre que de le croire.

“Les reproches que l’on fait aux autres sont les reproches que l’on arrive pas à se faire – Il ne m’aime pas assez signifie je ne m’aime pas assez – C’est toujours par rapport à Soi”

Patricia Darré

Accepter

Et la vie se charge de mettre sur votre chemin des personnes qui appuieront sur ce qui vous est insupportable pour que vous finissiez par vous accepter tel(le) que vous êtes.

Si je ne peux changer une situation, je peux en transformer le sens

Jacques Salomé

Identifier, intégrer, accepter sont les étapes clefs qui précèdent le pouvoir de changer ce qui vous dérange.

A chaque fois que vous vous surprendrez à reprocher quelque chose à quelqu’un demandez-vous en quoi ce reproche vous concerne ?

Quel besoin, quelle vérité fuyez-vous ?

Recevoir les reproches

Les reproches peuvent vraiment polluer votre vie, et faire de lourds dégâts sur votre estime de soi. 

Quand on vous reprochera quelque chose à l’avenir n’oubliez-pas que cela ne vous concerne pas.

Vous renvoyez quelque chose à l’autre qui lui est insupportable et ça c’est son problème.

Cette chose le concerne lui, vous n’êtes qu’un miroir.

S’il vous touche malgré tout profondément par ses propos, il est peut-être allé chercher quelque chose en vous qui est douloureux, pas par ses reproches mais plutôt dans la manière dont il vous a traité.

Ce que l’on reproche avec le plus de véhémence à l’autre, c’est ce que nous n’avons pas su recevoir de lui

Jacques Salomé

Auriez-vous des difficultés par exemple à poser des limites aux autres ? A vous faire respecter ? Avez-vous grandi près d’une personne qui vous a fait culpabiliser ? Une personne qui était exigeante ?….Les expériences pouvant conduire à ce mal être sont nombreuses et très personnelles, c’est par un travail avec un thérapeute que vous pouvez les identifier.

Ensuite, si le dialogue est possible, vous pouvez lui répondre que vous avez entendu son message mais demandez-lui de préciser ce qu’il attend de vous en vous disant cela.

Avez-vous bien compris et selon lui ou elle vous êtes donc la seule personne responsable de la situation, est-ce bien cela ? Et laissez le/la réfléchir.

En général, le fait de rester calme, d’écouter, de montrer que l’on entend l’autre est déjà une façon de le questionner ou de le désarmer.

Formuler vos besoins

Il existe une technique simple et efficace pour formuler vos besoins quand vous cherchez à vous faire entendre, sans passer par la case reproche.

Vous passerez par la case reproche uniquement quand la position de victime vous sera plus confortable et dans ce cas vous ne cherchez pas de solutions parce que vous n’êtes pas prêt(e).

Prendre la responsabilité de ce que l’on vit c’est passer par le dialogue, un dialogue constructif où l’on reconnait chacun à sa place.

Voici un modèle de dialogue qui n’accuse pas, qui constate et vous recentre sur vous-même en laissant l’autre libre de prendre sa part de responsabilités.

Ce modèle ce sera efficace que si vous êtes attentif(ve) à parler uniquement  pour ce qui vous concerne (oubliez le TU qui TUE le dialogue). Oubliez les généralisations, les qualificatifs, tout ce qui tend à culpabiliser.

J’observe

La situation x ou y

Vous décrivez ce que vous observez

Exemple : J’observe que cela fait plusieurs fois que je ne prends pas la parole

Je ressens

Exprimez ici vos émotions, ce qu’il se passe en vous

Exemple : Je me sens triste de ne pas pouvoir m’exprimer

J’aimerais

Proposez votre solution

Exemple : J’aimerais pouvoir partager de temps en temps mes idées, comment y parvenir ?

Entre ce que je pense,

Ce que je veux dire,

Ce que je crois dire,

Ce que je dis,

Ce que vous avez envie d’entendre,

Ce que vous entendez,

Ce que vous avez envie de comprendre,

Ce que vous comprenez,

Il y a dix possibilités qu’on est des difficultés à communiquer.

Mais essayons quand même !

Edmond Wells

Pas de commentaire


Laisser une réponse

Your email address will not be published Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui suis-je ?

Catherine, Cat, Cathy…

Les personnes que je croise me demandent …

Qu’est-ce qui m’a amené à ce cheminement personnel,

fait de renoncements, de résilience, d’amour de la liberté d’être, de capacités particulières …

En savoir plus